ALICE BUTAUD RENCONTRE SES LECTEURS A L’ECOLE PAUL VERLAINE

Depuis maintenant 15 ans, le Département de la Moselle organise, en partenariat avec la Direction des services départementaux de l’Education nationale ainsi que la librairie jeunesse Le préau, le concours intitulé « MoseL’lire », destiné aux élèves des écoles (à partir de la grande section de maternelle), des périscolaires et des collèges de Moselle, ainsi qu’aux lecteurs des bibliothèques du réseau départemental de lecture publique. Depuis quatre ans, le concours est aussi ouvert aux élèves issus de dispositifs et d’établissements d’enseignement spécialisé (ULIS, EGPA). Le concours propose une sélection de 19 livres répartis en 5 catégories et récompense les lecteurs de 5 à 15 ans pour la qualité de leurs productions graphiques, écrites ou vidéos.

Cette année, les 2 classes de CM1/CM2 (Mme Porte) et CM2 (Mmes Tamayo et Gotté) de l’école Paul Verlaine se sont inscrites au concours, en partenariat avec la Médiathèque de Gandrange. Les élèves ont découvert plusieurs romans et ont écrit une aventure qui arrive à l’un des personnages des livres.

Dans le cadre de « MoseL’lire », le jeudi 7 avril, Alice Butaud, autrice de « Les filles montent pas si haut d’habitude » était présente au sein de l’école pour une rencontre avec les élèves.

D’abord intimidés, ils n’ont pas manqué de lui poser de nombreuses questions sur la vie et sur le métier d’écrivain qu’ils avaient, au préalable, préparées en classe. Ainsi Fabio interroge l’autrice : « Quand vous étiez petite, écriviez-vous déjà des histoires ? » Réponse d’Alice Butaud : « Enfant, j’aimais écrire des chansons et imaginer des histoires autour des « Pourquoi », exemple « Pourquoi les chauves-souris dorment-elles la tête en bas ? ». Timéo M demande à Alice Butaud : « Avez-vous un autre métier ? ». « Je suis également actrice de cinéma et de théâtre » lui répond l’écrivaine dans un large sourire. Durant près de 2 heures, les échanges ont fusé et furent riches d’apprentissages.

Les élèves avaient, en outre, préparé une belle surprise à l’auteure en lui proposant une récitation à plusieurs voix d’une poésie écrite par le héros du roman, Timoti. Cerise sur le gâteau, la séance de dédicaces. Les élèves, heureux, ont pu repartir à la maison avec un exemplaire signé de “Les filles montent pas si haut d’habitude” de quoi donner à chacun cette belle envie de lire à nouveau et pourquoi pas de devenir écrivain !

 

Aller au contenu principal